Wantoestanden in Gabon

Wantoestanden in Gabon

woensdag 22 juni 2011 14:25

Le Gabon chasse des Africains de l’Afrique pour installer les non Africains.  Vive l’union Africaine de jean Ping.

Communiqué de presse
Réseau de défense des droits humains

Suite au drame des immigrés clandestins survenu à Bitam le Jeudi 16 juin 2011, le REDDHGA, réuni ce lundi 20 juin 2011, dénonce avec fermeté cet acte de violation des Droits de l’Homme. Il tient à vous présenter les deux versions des déclarations suivantes.

Selon le gouvernement, 3 corps recensés des nationalités (2 Maliens, et 1 Burkinabè) morts à la gendarmerie et à l’hôpital puis enterrés dans les normes.

La rumeur publique, sur la base de certains témoignages, fait état d’une dizaine de morts.
Les deux parties parlent de l’exiguïté de la chambre de détention construite pour une capacité d’accueil de 5 personnes. Or, il y avait des dizaines de clandestins arrêtés.

Pour le REDDHGA,

Constatant avec beaucoup de regret que de tels crimes se produisent toujours dans notre pays et que le nombre exact des corps n’a jamais été élucidé. A titre de rappel : Le drame des clandestins de la cellule de la gendarmerie de Gros bouquet de Libreville il y a quelques années ; le drame des 18 clandestins des pirogues chavirées sur les bords du KOMO à Libreville en 2008 sans recours des gardes côte ; aujourd’hui, c’est au tour de la gendarmerie de Bitam.

A cela, s’ajoutent les arrestations d’un journaliste de RFI à Oyem et d’un cameraman à Bitam qui ont été libérés par la suite.

Constatant que ces malheureux événements se produisent toujours à la veille des élections dans notre pays, Il faut sacrifier les innocents et que le sang doit toujours couler d’où le phénomène des crimes rituels que nous dénonçons.

Considérant que les migrants ont des droits garantis et protégés par plusieurs instruments régionaux et internationaux ratifiés et ou signé par le Gabon tels que :

• La Déclaration universelle des Droits de l’Homme,
• Le pacte international relatif aux droits civils et politiques,
• Le pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels,
• La convention contre la torture et les autres peines ou traitements cruels inhumains et dégradants,
• La convention des nations unies sur la protection des droits des travailleurs migrants et des membres de leurs familles,
• La Charte Africaine des Droits de l’Homme.

Rappelant la déclaration universelle des Droits de l’Homme qui stipule en son article 3 que « tout individu a droit à la vie, à la liberté, à la sureté de sa personne »

Préoccupé par les flux migratoires qui ont atteint aujourd’hui un niveau sans précédent dans toutes les zones frontalières du Gabon ;

Préoccupé par l’hospitalité qui caractérise cette population Bitamoise, qui a ce critère absolu de civilisation de modernité et qu’il faut absolument mettre à l’abri des dérives telles que : discrimination, xénophobie et actes de violences gratuites, le REDDGHA recommande :

– Une mission d’enquête internationale composée de : la société civile, le gouvernement, l’opposition, la CEMAC, la CEEAC, l’UA, l’UE, les ambassades de France et des USA soit menée pour éclairer l’opinion nationale et internationale dans les plus brefs délais. De plus étendre cette mission dans tous les lieux de détention du pays.

– Une construction des bâtiments modernes par le gouvernement faisant office des centres de retentions des personnes en situation irrégulière, avant leur rapatriement dans leur pays d’origine. Ces bâtiments doivent répondre aux normes internationales dans le cadre du respect des droits de l’Homme (salle à manger, lit, toilette eau et courant) ; Cette situation parait très importante et urgente avant le déroulement de la CAN 2012.

– Une intégration des questions relatives à la gestion des immigrés dans les programmes prioritaires des organisations de la sous-région citées plus haut ;

– Elaborer à l’échelle nationale, en partenariat avec les ONG, les politiques cohérentes et efficaces des questions des migrations et des migrants.

Je vous remercie.

Source : LVDPG   Article Mbeng felix

dagelijkse newsletter

take down
the paywall
steun ons nu!