Solidarité pour les luttes sociales et les libertés syndicales au Maghreb (Apérosol Na’oura SolSoc

Solidarité pour les luttes sociales et les libertés syndicales au Maghreb (Apérosol Na’oura SolSoc

zondag 13 juni 2010 23:12

SolSocLogo 266 ppp

Apérosol

Jeudi 17 juin à 18h00

Maison de la Solidarité

68 rue Coenraets

1060 Bruxelles

« Solidarité avec les luttes sociales

   et  pour les libertés syndicales au Maghreb»

Dans tous les pays du Maghreb, des luttes ont lieu contre l’exploitation, les effets de la mondialisation capitaliste et pour la défense des libertés.

  A Khourigba (Maroc), 850 ouvriers de la SMESI ont été licenciés par l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) pour avoir osé monter une section syndicale dans leur entreprise.

  Au Sahara occidental, ce même employeur, l’OCP, qui vient néanmoins d’obtenir un prêt de 240 millions d’euros, dans le cadre d’un “accord stratégique pour une croissance verte” entre la France et le Maroc, s’illustre par des pratiques discriminatoires à l’encontre des travailleurs sahraouis du site de Boukraâ.

  Dans le bassin minier de Gafsa (Tunisie), des dizaines de participants aux mouvements sociaux de 2008, dont de nombreux enseignants syndicalistes, ont passé de longs mois en prison. En libération conditionnelle depuis novembre 2009, ils n’ont toujours pas été réintégrés dans leurs emplois et subissent brimades et intimidations. D’autres militants condamnés par contumace en février 2009 continuent à faire l’objet d’emprisonnement et de poursuites judiciaires.

  Au Maroc, les diplômés chômeurs qui manifestent pour le droit à l’emploi affrontent une répression systématique et leur association, l’ ANDCM est toujours interdite.

  Des militants de l’Union Générale des Etudiants Tunisiens (UGET) qui protestaient contre les conditions de logement des étudiants ont été arrêtés, torturés, interdits de passer leurs examens, exclus de l’Université.

  Même sort pour les étudiants sahraouis dans les universités marocaines, qui subissent le même type de répression (emprisonnements, procès, interdiction de se présenter aux examens, jusqu’à exclusion de l’université) dès lors qu’ils manifestent pour le respect des libertés et contre les violations des Droits de l’ Homme.

  En Algérie, le gouvernement a décrété l’état d’urgence et les syndicats autonomes subissent harcèlement et menaces. C’est dans ce contexte qu’a éclaté début mai une grève illimitée des cheminots, initiée par la base syndicale avec pour revendication des salaires décents.

Dans le cadre de la journée de solidarité avec les mouvements sociaux au Maghreb, 

Naoura et Solidarité Socialiste vous convient à la  projection du film : « Redeyef: le combat pour la dignité », suivie d’une soirée-débat autour d’un verre convivial et solidaire.

Programme:

·         Introduction : Abdelillah Bendahman (Na’oura)

·         Présentation du film : Mouhiedine Cherbib,  réalisateur, Membre du Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’ Homme en Tunisie – CRLDHT (Mouhiedine est actuellement le coup d’une condamnation à 2 ans de prison en Tunisie pour avoir soutenu le mouvement de Gafsa).

·         Projection du documentaire (34’)

·         Discussion sur les enjeux et les perspectives actuelles  pour les mouvements sociaux maghrébins.

PAF : gratuit,

Inscription  obligatoire auprès de fcd@solsoc.be ou au 02/505.40.70

Prière de diffuser largement.

Bron : Driss El Korchi

dagelijkse newsletter

take down
the paywall
steun ons nu!