Nouvelle politique mondiale : La biznessocratie

Nouvelle politique mondiale : La biznessocratie

maandag 15 maart 2010 12:20

Il est un constat sur les années 2009 et 2010, la crise déclenchée par une poignée de traders et banquiers plus que douteux à fait énormément de dégâts, donnant ainsi à des lobbies nationaux ou multinationaux les motifs pour des plans sociaux ou des délocalisations abusives :
Grande distribution, métallurgie, constructeurs automobiles, banques et la liste est encore longue …
Alors que ces mêmes sociétés ont engrangé et engrangent encore aujourd’hui du bénéfice, purement scandaleux vis-à-vis des citoyens qui sont bien souvent les « vaches à lait » chargés de payer les pots cassés par ces entreprises et les salariés qui sont victimes des plans sociaux.
Malgré les réunions exceptionnelles des chefs d’états et des gouvernements, les promesses et les discours des pays industrialisés au « non plus jamais ça » on découvre encore des scandales politico-commerciaux, des parachutes dorés et des acteurs de la finance qui se remplissent les poches malgré les sanctions promises par les gouvernements à l’encontre des fautifs.
Ces dites sanctions ne sont d’ailleurs pas appliquées car les coupables arrivent à se rendre intouchables vis-à-vis de la justice à la manière d’un ministre ou d’un président.
Face à cet état de fait, il est tant que les politiques et que la justice prennent des mesures draconiennes et à « tolérance zéro » : Arsenal d’interdictions et de sanctions financières aux entreprises coupables de délits sociaux, interdiction de gérer et pénalités pécuniaires pour les dirigeants, dédommagement des victimes et plan de reclassement aux frais de des sociétés coupables de ces délits …
De tels exemples punitifs seraient une dissuasion exemplaire à l’encontre d’éventuels abus et éviteraient de nouvelles crises dans l’avenir. Coté politique, nous ne sommes guère mieux lotis avec les cumuls de mandats, les abus de bien sociaux, les emplois fictifs et usages de faux en tous genre et sur le dos de qui ?? Des collectivités, donc encore du citoyen qui n’est jamais que le « citron pressé » de certains politiques peu scrupuleux. On entend parler de comité d’étique, de commission disciplinaire mais jamais de mesures concrètes et exemplaires qui feraient force de loi.
Le triste constat est que la biznessocratie a encore de beaux jours devant elle si nos modèles de gestion financières et institutionnels ne changent pas …

dagelijkse newsletter

take down
the paywall
steun ons nu!