Buena Vista Social Club
Wereld, Venezuela, Arlac-Intal -

Buena Vista Social Club

woensdag 7 juli 2010 10:42

Rencontre avec Betty Martinez, première médecin venezuelienne travaillant dans Barrio Adentro.

Betty Martinez est diplomée de médecine en 2000. Elle part travailler près de la frontière colombienne pendant un an. Lorsqu’a lieu la grève pétrolière entre décembre 2002 et février 2003, elle reçoit beaucoup de gens sévèrement brûlés suite à la manipulation illégale – et manuelle – de pétrole. Après cette expérience douloureuse, elle prend conscience de l’importance politique et sociale de la santé.
Elle participe ensuite au premier programme de post-graduat initié par le gouvernement afin de former les médecins à la mission Barrio Adentro. Cet accord assure aux médecins un salaire fixe à vie. La mission vise à permettre un accès gratuit aux soins de santé pour les plus démunis, notamment les habitants des barrios. L’unité de soins est généralement située dans une maison octogonale typique du barrio. Le médecin y vit avec sa famille à l’étage tandis que le rez-de-chaussée est dédié aux soins. La mission est repartie en cinq types d’unités :
Barrio Adentro I pour la prévention ; Barrio Adentro II pour la réhabilitation et les analyses en laboratoire ; Barrio Adentro III pour les opérations chirurgicales ; Barrio Adentro IV pour les spécialisations (dentisterie, ophtalmologie, dermatologie, …) ; Barrio Adentro V pour les cas plus complexes recquérant une techonologie plus avancée. L’accueil de première ligne a lieu dans le Barrio Adentro I et suivant le diagnostique, la personne est redirigée vers une cellule plus adaptée.
Parmi les 1500 médecins qui entament le programme, 1013 le terminent (et bénéficient aujourd’hui de l’avantage salarial) mais seule Betty travaille aujourd’hui dans la mission. Les autres ont choisi de se spécialiser et de revenir à la médecine privée. Les 24 000 médecins en cours de formation au Venezuela pourront prochainement prendre le relais des médecins cubains en poste. En préparation au travail qui les attend dans les barrios, le cursus dispensé intègre une dimension sociale et politique en plus de la formation médicale.
En effet, l’expérience de Betty montre que sa tâche ne se limite pas au travail de médecin ; bien souvent elle est amenée à relayer auprès des travailleurs sociaux les carences matérielles et les autres soucis rencontrés par la population. Ainsi le cas de cette dame qui assurait au médecin faire bouillir l’eau pour nourrir son bébé souffrant de diarhée, mais après s’être rendue chez cette dame Betty constate que la famille n’a pas de cuisinière. Elle complète un formulaire à remettre aux autorités pour obtenir une aide matérielle, ici une gazinière.
A l’unité de prévention, le médecin dispose de 103 types de médicaments de base, pour le reste (par exemple matériel pour asthmatique) le patient est envoyé avec une ordonnance au ministère…
Malgré ces avancées sociales, il faut reconnaître que la “médecine traditionnelle” reste discriminatoire, même dans les hôpitaux publics.
Le cabinet de soins du docteur Betty Martinez. (L’unité de Buena Vista dispose d’une petite salle d’attente, d’un cabinet pour les soins de base ainsi qu’une salle supplémentaire pour les vaccinations.)

Bron : Arlac/Intal bye Louise Babar

Luc Schrijvers is lid van Intal.

dagelijkse newsletter

take down
the paywall
steun ons nu!